Le retour de “DOOM”, le jeu mythique dans sa nouvelle version

Le “come-back” de la saga “Doom” s’est effectué en grandes-pompes, le FPS (First Person Shoot) ou tir à la première personne emblématique d’id software. Ce jeu  gore, science-fiction sombre et très violent est de retour dans un nouvel opus. Sorti le 13 mai et en mode multiplateforme, le jeu initialement  développé par id software en collaboration avec l’éditeur Bethesda en 2004 promet des heures d’amusement.

Un nouveau scénario intrigant

Un petit historique sur le scénario, vous allez incarner un soldat sur la planète Mars qui devra combattre des monstres pour se sortir de cet enfer et remplir sa mission. Évoluant dans un monde moderne, on affrontera des monstres en tout genre avec diverses armes notamment des armes classiques telles que les  mitraillettes, les fusils à pompe et de nouvelles armes. On a aussi à disposition des armes de corps à corps similaires aux tronçonneuses et aux machettes. Reprenant les bases des Fps, on a la régénération automatique de vie après la perte des points de vie au cours du jeu. Tout cela avec une bande de son anarchique pour se régaler de la nature gore du jeu.

Les caractéristiques techniques du jeu

Doom

Dans la partie technique, le jeu est disponible en multiplateforme, à savoir sur pc, x-box one et ps4.  Il sera néanmoins nécessaire de savoir qu’il faudra disposer de 54 gigaoctets sur ps4 d’une part, et d’autre part de 60 gigaoctets pc avec des updates de 5 gigaoctets pour corriger les maps et les bugs éventuels. Le jeu tourne sous 60 fps constant et avec une résolution de 1080 pi pour garantir un aspect visuel vraiment surprenant avec des textures bien affinées. Aussi est utile une connexion internet haut débit pour apprécier le mode multijoueur. Ainsi, le Doom  version 2016 repart du bon pied visuellement par rapport à la précédente version assez controversé. Interdit au moins de 18 ans,  et suite de la saga Doom lancé en 2004, elle reprend les bases du jeu : plus d’actions avec plus de niveaux de tir et de carnage. Âme sensible s’abstenir.

Dans le cœur du jeu

Parlant du jeu proprement dit, Doom reboot son jeu avec des nouveautés, à savoir les exécutions au corps-à-corps, le mode snapmap. Trois (3) modes de jeu y sont mis à disposition.

En premier lieu se trouve le mode solo, assez court soit une quinzaine d’heures environ  avec des scénarios assez répétitifs mais avec un gameplay fluide et une difficulté croissante au fil de l’évolution dans le jeu. Spécialement dédié aux amateurs de “fps” pur et “shooteur”, on reprend tout à fait les aspects de son prédécesseur “Doom 3” avec la base du jeu d’action pur et dure.  Les diverses options font de celui-ci un jeu évolutif avec plus d’armes modifiables et la possibilité d’apport de plusieurs améliorations, notamment les armures, les capacités de combat, la santé, etc… Pour pallier à cette campagne assez basique, sont présents des bonus (Glory kills), des exploits et défis personnels pour en quelques mots: mettre de l’ambiance au fps.

Dans le mode multijoueur, on a à disposition  6 modes de jeu que ce soit par équipe ou en solo. Là c’est incontestablement le top de ce jeu, c’est vraiment la boucherie. Alors pour les adeptes d’action, ce jeu est la meilleure alternative du moment. La possibilité de personnaliser totalement son avatar apporte aussi son petit plus au jeu.

Doom

Vient enfin le mode “snapmap” ; concrètement c’est la création de map et de niveau à jouer en mode communautaire. A noter que tous les snapmap créés sur n’importe quelle plateforme est jouable sur toute autre base, ce qui promet une expérience de jeu entre tout genre de joueur assez intéressant. Un éditeur très complet permettant de partager sa création est mise à disposition par les concepteurs qui ont mis le paquet. De plus, le mode campagne existe.

Quelques points à savoir

En quelques mots, Doom est le jeu à avoir dans son répertoire, à jouer entre amis pour évacuer le stress du quotidien.  Les plus du jeu se retrouvent ainsi dans son graphisme spécialement  extraordinaire et fluide. Ici, l’action est au rendez-vous pour les amateurs. Cependant, quelques petits bémols sont à noter, à savoir l’absence du mode multijoueur en local ainsi qu’une campagne solo assez courte et répétitive. Toutefois, ce divertissement promet une expérience de jeu intéressant et une ambiance d’action vraiment incroyable.